L’apprentissage précoce et intensif des langues à l’école tandem IMS : un cas d’école ?

Le 6 septembre 2018, à la HEP Vaud, lors du colloque de "Apprentissage des langues étrangères pour tous Perspectives didactiques et questions méthodologiques" de l'Association en didactique des langues étrangères en Suisse (ADLES), Catherine Blons-Pierre, de la Fondation Esprit Francophonie, et Sonya Maechler-Dent, de l'école Tandem IMS, aborderont leur étude de cas, sur le thème : "L’apprentissage précoce et intensif des langues à l’école tandem IMS : un cas d’école ?"

L’école Tandem IMS constitue depuis la création de son école maternelle en 2004 à Zurich un laboratoire pour l’implémentation de l’apprentissage précoce des langues.

Le fonctionnement de cette école multilingue internationale, qui a commencé ses activités dans les années 2000, permet aujourd’hui d’avoir un recul d’une quinzaine d’années sur les méthodologies et les bonnes pratiques dans ce domaine.
Nous partons d’une étude de cas. La problématique qui nous intéresse est l’articulation de l’enseignement/apprentissage précoce et intensif des langues  étrangères entre les différents niveaux scolaires jusqu’au Secondaire I. Notre recherche participe d’une recherche-action empirique dans la mesure où il s’agit d’un travail sur le terrain avec des enfants d’une école internationale et multilingue et que cette étude a pour objectif d’adapter au mieux les conditions de préparation et de réussite des enfants. Ce travail d’accompagnement est fortement lié à l’étude des représentations chez les enfants, chez les enseignants et chez les parents.

Maturité de l'enfant et enseignement du primaire

Notre étude nous conduira à observer comment s’effectuent à l’école Tandem IMS les transitions et les passages, entre, d’une part, l’enseignement pré-scolaire et l’enseignement primaire, et, d’autre part, l’enseignement primaire et l’enseignement secondaire I. Les problématiques sont de nature différente, dans la mesure, où pour le premier passage, l’école Tandem IMS possède des instruments et la maitrise en interne permettant d’apprécier la maturité de l’enfant (sociale, académique et linguistique) et sa capacité à intégrer l’enseignement primaire alors que ce n’est pas le cas pour la seconde transition. Comment s’assurer que la transition du primaire vers le Secondaire I va bien se passer ? Est-ce que l’enfant a acquis les outils nécessaires pour jongler avec trois langues (voire plus) et ceci dans des écoles du Secondaire I, privées ou publiques, monolingues ou bilingues. Quelles sont les attentes des parents? Quelles sont les réactions des enfants ? Comment gérer au mieux toutes ces composantes ?

Pour tenter de répondre à ces questions, nous analyserons les différentes méthodologies (par exemple, Translanguaging, Enquiry-Based Learning) utilisées dans le cadre de l’apprentissage précoce et intensif de trois langues : anglais, allemand et français, en tenant compte de l’âge des apprenants et des disciplines enseignées ainsi que du contexte international des parents d’élèves et de la présence d’autres langues familiales.

Sur le plan méthodologique, nous nous sommes appuyées sur les principes des analyses qualitatives et quantitatives appliqués aux questionnaires envoyés aux parents d’élèves de l’école Tandem IMS et aux entretiens menés auprès d’un échantillon d’élèves. Nous avons également pris en compte dans notre réflexion les textes de référence que constituent le Cadre Européen Commun de Référence pour les langues et son volume complémentaire, ainsi que la collection de descripteurs développés pour l’apprentissage des langues chez les jeunes apprenants (7-10 ans et 11-15 ans).

En tentant de résoudre la difficile équation entre monde connu et horizons d’attente se sont dessinées peu à peu des lignes de force, qui pourraient fournir des indications, des jalons pour aller vers un enseignement précoce des langues respectueux du développement des enfants et des cadres institutionnels de l’enseignement primaire et secondaire.